Chambres hotes gites charme abbaye Valmagne 34 hérault

Le Domaine


C'est à Fabrègues, en 1175, que les Templiers vinrent s'établir à Launac. Les Templiers s'établirent en partie sur des terres de la paroisse de Mujolan données par l'évêque de Maguelone. Leur maison avec chapelle existe encore (Launac le Vieux). Ils attachèrent leur nom à l'assainissement de l'étang de Coculle. Ils creusèrent un grand canal : appelé "La Capoulière des Templiers" pour écouler les eaux pestilentielles de l'étang vers le ruisseau de la "Garelle". Les terres ainsi asséchées devinrent propres à la culture. Les Templiers de Launac s'adonnaient surtout à la culture mais ils remplissaient aussi dans les environs des missions de surveillance et de sauvegarde. La Commanderie a vu le jour au XII° siècle grâce aux Templiers. Reconstruite au XIV° par les Hospitaliers, elle a pris sa forme définitive aux XVI° et XVII°. Tour à tour maison templière puis propriété des Chevaliers de Malte, elle fut vendue comme bien national à la Révolution.

La Commanderie

Le nom de Launac viendrait d’un nom d’homme gaulois + suffixe : acum.
Il s’agirait d’un grand domaine agricole ( nom d’homme : Launus) Tout au milieu se trouvait un grand étang appelé l’étang de Coculse.
On remarque très bien cette forte dépression entre Launac le vieux ; Launac St André et le domaine de La Barthe. Divers documents font état à côté de cet étang, d’une grange (ou ferme) de Granouilleres. C’est environ en 1175 que les templiers arrivent s’installer à Launac Les évêques de Maguelone leurs donnèrent des terres sur la paroisse de St Médard de Maguelone pour la dépaissance des troupeaux. La commanderie de Launac dépendait de la commanderie de St Gilles (Gard).

C’était essentiellement une propriété agricole. Les templiers verront tout de suite l’intérêt qu’ils auraient à assécher l’étang tant au point de vue de la salubrité publique que de la culture. Ils entreprirent donc ce gros travail avec les simples moyens de l’époque, c’est à dire à la force des poignets. Ils creusèrent une grosse tranchée pour évacuer ces eaux stagnantes vers le ruisseau voisin La Garelle cette tranchée porte dans le pays le nom de Capouillère des templiers (capouillère du patois cap : tête – ruisseau de tête qui en recueille d’autres). Ainsi ils mirent en valeur cette immense dépression autrefois mare pestilentielle
On connaît le fameux procés intenté par le roi philippe le bel aux templiers et la condamnation par le pape Clément V. Dans la fameuxe nuit du 13 octobre 1308 les templiers furent arrêtés à travers toute la France. Quelques uns réussirent à s’enfuir, les autres emprisonnés et parfois après sommaire jugement, condamnés au bûcher comme ce fut le cas du grand maître de l’ordre Jacques de Molay qui assigna le roi et le pape au tribunal de dieu pour l’année en cours. Le roi s’empara des biens de l’ordre et principalement de l’argent. Ce qu’il advint des templiers de Launac en particulier nous l’ignorons. Mais leurs terres comme la plupart des biens de l’ordre passa aux chevaliers de St jean de Jérusalem ou ordre de Malte.


La chapelle de Launac paraît représenter les caractéristiques de l’architecture du XII ème siècle. La voûte présente une bizarre sculpture à 21 éléments, s’agirait-il de la figuration de la croix de St André, patron de la chapelle et de la maison de Launae ? D’après le chanoine Segossdi historien du diocèse de Maguelone les templiers auraient fondé l’église et la paroisse St André de l’œuvre de l’église de St Jean des Clapas La croix de St André et sa fameuse formule : Par ce signe tu avaineras, écrit en grec, se trouvait sur un côté de la bâtisse. La Capouillère coupe la route nationale (ancien chemin de Montpellier à Pèzenas) à hauteur du domaine de St André. Le passage sous la route a nécessité un appareil très soigné, malheureusement depuis les travaux de réfection il n’est plus visible. Lors de cette réfection les ingénieurs furent frappés par la régularité donnée à la pente pour l’écoulement des eaux et dirent : Aujourd’hui nous ne ferions pas mieux. Ainsi la Capoullière des templiers toute bordée de raoulets (petits ruisseaux) perpétuent dans la plaine de Launae l’honneur et les bienfaits de ces moines soldats que les hommes ont un peu oubliés. Ainsi les chevaliers de St Jean de St jean de Jérusalem ou ordre de Malte restèrent propriétaires des lieux jusqu’à la révolution. En 1792, cette belle propriété fut vendue comme ben national. Elle comprenait entre terres labourables et prairies 500 hectares environ. Elle fut divisée d’abord en cinq lots presque tous acquits par des négociants de Montpellier (Bazille – Landon – Cambon – Besard - Hue). Au printemps 1794 on installera sur ces terres un camp d’instruction pour les militaires qui devraient fournir l’armée des Pyrénées commandée par le général Dugommier. Les diverses fermes des environ furent occupées pour les besoins du camp. Le Launae des templiers (dit Launae le vieux) fut occupé par un four à pains. Le camp fut levé en septembre 1794 car les recrues fort indisciplinées causaient beaucoup de désordres dans les environs. Au moment de la révolution, il y avait à Launac onze bergers pour les troupeaux.
Par la suite le domaine a été morcelé en de nombreuses parcelles.
L’Historien du village.